31 oct. 2009

Identité nationale





Alors que nous sommes tous préoccupés en France par le chômage, le harcèlement moral en entreprise, les faibles salaires, l'injustice sociale, l'impunité des puissants, la hausse des cigarettes le 9 novembre, l'incurie des politiques, etc..., Monsieur Besson, Ministre de l'Immigration et de l'Identité Nationale (quel autre pays au monde possède un tel ministère et dans quel but?) lance... "un grand débat sur l'identité nationale" relayé par quelques medias aux ordres qui évoquent "la crise d'identité des français"!...

Bon, ok, des élections approchent, et on continue à courtiser l'électeur de base du FN...

Emigrantes: Futebol é principal elo de ligação a Portugal e de emancipação nos países de acolhimento - estudo



Lisboa, 30 Out (Lusa) - O futebol é o principal elo de ligação dos luso-descendentes ao Portugal moderno, funcionando também como espaço de emancipação nos países de acolhimento, revela um estudo sobre o impacto do desporto-rei no quotidiano dos emigrantes.

Segundo Nina Tisler, investigadora que coordena o estudo, os dados já recolhidos no âmbito do projecto "Diasbola" - que se iniciou em 2007 e termina no próximo ano - permitem concluir que, enquanto a participação eleitoral e o interesse pelo ensino da língua diminuem cada vez mais o interesse em campeonatos de futebol continua "omnipresente".

"A língua foi um espaço de emancipação, mas para os emigrantes e luso-descendentes hoje é mais o futebol que faz a Pátria", considerou a investigadora do Instituto de Ciências Sociais (ICS) da Universidade de Lisboa, acrescentando que o futebol permite-lhes ligarem-se a um Portugal moderno, através organizações como o Europeu'2004 ou figuras como Cristiano Ronaldo e Figo.

Mais uma imensa caricatura da emigraçao portuguesa...! (digo eu).


Emigrantes portugueses em 140 países




(Lusa)
- Os emigrantes portugueses estão presentes em 140 dos 190 países do mundo, sendo a França a nação que concentra mais portugueses e Santa Lúcia e ilhas Maurícias os Estados que registram menos emigrantes, revelam dados do Observatório da Emigração.

Segundo os primeiros dados disponíveis no site da entidade, residem na França 567 mil pessoas nascidas em Portugal, enquanto em países como Santa Lúcia ou ilhas Maurícias existem menos de 50 emigrantes portugueses.

Os dados do Observatório da Emigração, que nesta fase não refletem ainda a realidade dos luso-descendentes, revelam ainda que os destinos da emigração portuguesa que mais cresceram nos últimos anos foram Espanha, Reino Unido e Angola.

Na Espanha, o número de emigrantes portugueses quase duplicou passando de 71 mil em 2004 para 136 mil em 2008, enquanto no Reino Unido passou de 68 mil para 77 mil e em Angola de 17 mil em 2006 para 23 mil em 2008.

Um movimento traduzido também no crescimento das remessas de dinheiro para Portugal, que no caso de Angola subiram na ordem dos 40%, de 20 mil euros para 70 mil euros em dois anos.

Levantamento

Nesta primeira fase, o Observatório da Emigração reúne dados recolhidos junto dos organismos de estatística nos vários países, com as inscrições consulares e dados da Organização para a Cooperação e Desenvolvimento Econômico (OCDE), numa tentativa de quantificar os número de emigrantes portugueses no mundo.

O site disponibiliza ainda informação sobre associações portuguesas no estrangeiro, uma base de dados dos estudos sobre emigração portuguesa e, mensalmente, uma entrevista com um investigador com trabalho nesta área.

"A página entrou online com informação sobre os 140 países onde há portugueses. A prioridade foi organizar este instrumento e através dele identificar esta rede de representação de Portugal no mundo por via dos seus emigrantes e depois de termos esta rede disponível avançar para um trabalho mais sistematizado de estudo e caracterização da comunidade", disse o secretário de Estado das Comunidades, António Braga, durante o lançamento do site.

Braga adiantou que com os dados disponíveis não é ainda possível validar a estimativa de 4,5 ou 5 milhões de portugueses tradicionalmente apontada por entidades oficias de especialistas na área da emigração, sublinhado que falta "identificar a zona de penumbra" que constituem os luso-descendentes.

"O número global dos portugueses lá fora tem que levar em linha de conta a perspectiva dos nascidos em Portugal, mas temos que somar ainda os que já nasceram lá fora e cuja apuração é mais difícil, uma vez que se confundem com as nacionalidades", justificou.

Analisando os dados, António Braga destacou a disparidade entre os números apontados para a África do Sul e os apurados pelo Observatório.

"Na África do Sul são menos do que achávamos. A disparidade é muito grande. Falava-se em 500 mil ou 600 mil emigrantes e, segundo estes dados, na melhor das projeções são 200 mil", disse.

O Observatório da Emigração resulta de uma parceria entre a Secretaria de Estado das Comunidades Portuguesas e do Instituto Superior das Ciências do Trabalho e da Empresa (ISCTE).

21 oct. 2009

Petites chroniques cyniques d'une (in)humanité (extra)ordinaire




Dans une grande démocratie européenne, le Président de la République fait l'éloge du mérite de l'effort devant un parterre de lycéens condamnés au chômage après leurs études à BAC+5.

Pendant ce temps, son fils qui n'a même pas un BAC+2, accède avec le piston du paternel et de ses amis de parti, à d'importantes fonctions politiques et à la gestion d'un quartier d'affaires de la plus haute importance internationale.

Dans un pays à la réputation de Terre d'Accueil et des Droits de l'Homme, un ministre (de l'immigration et de l'identité nationale) ex-socialiste co-affrète un charter d'afghans avec le Royaume-Uni vers leur pays d'origine qui est en guerre et dans lequel ils risquent la mort.

Pendant ce temps, une autre grande démocratie de l'UE réserve le vaccin contre la grippe A le plus sûr à ses élites et à sa Police, et le plus risqué pour le bas peuple.

Revenant à la démocratie voisine, on entend son gouvernement et les députés du même parti (de droite) accuser la presse de tous les maux et lui recommander de s'occuper de ses affaires, comme on pourrait en avoir l'habitude en Iran, Corée du Nord, Russie, Chine, etc.... pays reconnus pour aimer la presse et laisser la liberté d'expression aux contre-pouvoirs...

11 oct. 2009

Sarkozy tourne Kazakh

Le Président effectue mardi un aller-retour au Kazakshtan. Pourquoi ?

YANN LIBESSART
Nicolas Sarkozy et Noursoultan Nazarbayev mardi à Astana


Nicolas Sarkozy et Noursoultan Nazarbayev mardi à Astana
(Shamil Zhumatov / Reuters)

Beaucoup de Français connaissent Astana. C'est l'équipe qui a remporté le dernier tour de France à vélo, avec dans ses rangs le vainqueur Alberto Contador et l'éternel miraculé Lance Amstrong. Moins savent qu'Astana est aussi la capitale du Kazakhstan, pays d'origine de l'écurie cycliste en question, où Nicolas Sarkozy passe son mardi, sans lien, semble-t-il, avec sa passion pour la bicyclette.

Trésors énergétiques

Car le Président de la République, lui, sait une chose: le sous-sol de l'immense étendue de steppes, vaste comme 5 fois la France, regorge de matières premières. Le pétrole, dont les quantités enfouies seraient équivalentes à celles de l'Irak, représente déjà plus de la moitié des exportations nationales et du budget de l'Etat. En 2000, la découverte d'un énorme gisement dans la mer Caspienne a propulsé le Kazakhstan dans le peloton de tête des producteurs gaziers. L'ancienne république soviétique posséderait également un quart des réserves planétaire d'uranium, dont il escompte devenir le premier producteur mondial à court terme.

Autant de charmes auxquels n'a pas pu résister Sarkozy, qui a donc à nouveau revêtu son costume de VRP de luxe de l'industrie française. Pendant qu'il papote avec Noursoultan Nazarbaïev, son homologue réélu avec des scores zimbabwéens depuis l'indépendance de 1990, une trentaine de chefs d'entreprise française font chauffer les plumes Mont-Blanc.


Avalanche de contrats

Les groupes français Total et GDF Suez ont ainsi racheté mardi la moitié de la part détenue par la société d'Etat Kazmunaigaz dans le champ gazier russo-kazakh de Khvalinskoye, pour un montant évalué à un milliard de dollars. Aux termes de cet accord, les deux entreprises françaises détiennent un quart (17% pour Total et 8% pour GDF-Suez) de ce champ d'exploitation, le groupe russe Loukoïl en détenant la moitié et Kazmunaigaz le dernier quart.

Anne Lauvergeon, PDG d'Areva, et Vladimir Shkolnik, PDG de la société publique kazakhe Kazatomprom, ont conclu un partenariat pour la création d'une coentreprise, baptisée Ifastar, qui sera basée à Paris. Elle aura pour fonction de «réaliser une étude de marché pour la fourniture d'offres intégrées de combustible aux électriciens asiatiques», selon un communiqué du champion tricolore du nucléaire.

Le président d'Alstom Patrick Kron a de son côté signé mardi deux contrats portant sur la production de systèmes d'aiguillages et la réalisation d'un tramway moderne dans la capitale Astana.

Au final, 24 accords seront paraphés pour un total de plus de 4 milliards d'euros, dont la fourniture de deux satellites d'observations de la terre par EADS-Astrium, d'un système de télécommunication militaire par Thalès ou encore la construction d'un oéloduc, reliant le champ pétrolier géant de Kashagan à la mer Caspienne, par Spie Capag, filiale du groupe de BTP Vinci.

Dans un entretien paru mardi dans le quotidien local Kazakhstanskaïa Pravda, le chef de l'Etat a confirmé que «le Kazakhstan est pour nous un partenaire majeur dans une région, l'Asie centrale, absolument stratégique pour le monde, un géant avec qui nous voulons développer nos relations dans tous les domaines».


Il est vrai que la position centrale du Kazakhstan, au coeur d'un triangle formé par Moscou, Pékin et Téhéran, est d'un intérêt géopolitique évident, que ce soient en termes de routes énergétiques ou de positionnement militaire.


Pas de leçons à donner

Quitte à passer sous silence la question des droits de l'Homme ? Inquiète des atteintes à la liberté de la presse et des tendances autocratiques de Nazarbaïev, l'ONG Human Rights Watch a demandé à Nicolas Sarkozy de faire pression sur son hôte, qui doit prendre en janvier la présidence tournante de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

Le Président a préféré ressortir son discours habituel, déjà bien rodé chez d'autres pseudo-démocraties à fort potentiel économique, comme le Niger, le Congo, la Tunisie, l'Egypte ou encore la Libye : «La meilleure façon de résoudre des problèmes, c'est pas forcément de venir en donneur de leçons, c'est de venir en ami pour essayer de trouver des solutions». Et encaisser les chèques.

In Libération - 6/10/2009

4 oct. 2009

Fonderie St-Satur (Cher)



Le repreneur ayant jeté l'éponge, c'est la fin annoncée des Fonderies de Saint-Satur. Depuis lundi, les quatre-vingt salariés occupent l'usine.


C'est leur trésor de guerre. Hier matin, les salariés de Two cast Berry, ex-Fonderies et ateliers de Saint-Satur (FASS), ont brandi des pièces fabriquées dans les ateliers désormais éteints. Ce sera leur monnaie d'échange : « Il n'y a plus d'espoir de sauver l'entreprise. Maintenant, nous voulons être licenciés dignement. »
A la grille, ils contrôlent les allées et venues. Dès l'annonce lundi après-midi du retrait du seul repreneur espéré de l'usine, avant l'audience au tribunal de commerce du 29 septembre, la grève générale avec occupation du site a été enclenchée.

Les quatre-vingt employés, dont trois femmes seulement, sont unanimes et se sont organisés pour se relayer. A 10 h 30, Rémi Gié, le directeur, a pu pénétrer dans le site, à pied. Sur le parking, de l'autre côté de la route, un commercial de chez Parker Denison n'aura en revanche pas le droit d'entrer. Venu chercher une commande, à 11 h 20, il repart bredouille. « Nous sommes en colère contre ce gros client, explique Pierre Joseph, du syndicat CGT. Ils ont refusé une augmentation des tarifs, qui faisait partie des conditions du repreneur. Et après avoir fait fabriquer des pièces en Italie, ils reviennent vers nous? » La valeur du stock de 200 tonnes de pièces est estimée par les salariés à environ 300.000 euros. Ils ne les laisseront pas partir tant que leur sort ne sera pas réglé. La liquidation sera probablement prononcée mardi prochain. Le scénario est déjà connu : plan social, reclassement, licenciements et bataille pour obtenir des primes correctes.

« On a tout accepté depuis trois ans, les 35 heures, sans rien demander. On n'en parle pas mais en France, l'an dernier, sept fonderies ont fermé ! On a fatigué les gens, petit à petit » lâche Maurice Dumont, trésorier du CE.

Les fonderies employaient 200 personnes avant leur rachat en juin 2008 pour une bouchée de pain (10.000 euros) par un groupe chinois. La rénovation de l'usine n'a jamais été menée. L'activité a brutalement chuté il y a un an, avec la crise. Aujourd'hui, les salariés ont demandé à l'administrateur judiciaire de se déplacer.

Mercedes Sosa - Mort d'une grande dame



Haydée Mercedes Sosa (San Miguel de Tucumán, 9 juillet 1935 - décédée à Buenos Aires le 4 octobre 2009[1]), est une chanteuse argentine mieux connue sous le nom de Mercedes Sosa. Très populaire dans toute l'Amérique latine, elle est appelée La Negra (La Noire) par ses admirateurs.

Elle a commencé à chanter très tôt et, dès l'âge de 15 ans, elle a gagné un concours dans une station de radio.

Elle s'est ensuite impliquée dans le mouvement nommé la nueva canción, et a enregistré son premier album Canciones con Fundamento, un recueil de chansons folkloriques argentines.

Elle a depuis connu un immense succès. Sa voix, reconnaissable entre toutes, a interprété d'innombrables chansons issues du folklore, ou des compositions plus récentes, parfois écrites spécifiquement pour elle. Elle a aussi interprété de façon très émouvante les chansons de l'artiste chilienne Violeta Parra, et celles de Atahualpa Yupanqui, auteur et compositeur argentin.

Elle a dû s'exiler à Paris, puis à Madrid, fuyant le régime dictatorial de son pays, après le coup d'État de Jorge Videla.

Elle est retournée en Argentine en 1982, quelques mois avant la chute du régime militaire, et organisa un grand concert à l'Opéra de Buenos Aires, avec de nombreux autres artistes. L'enregistrement de ce concert est l'un de ses disques les plus importants de sa carrière.

Depuis, elle continue à interpréter les œuvres des auteurs d'hier et d'aujourd'hui. Elle collabore avec des artistes argentins comme León Gieco, Charly García, Antonio Tarragó Ros, Rodolfo Mederos et Fito Páez, ou d'autres artistes d'Amérique latine comme Milton Nascimento, Gian Marco et Silvio Rodríguez.

Elle était ambassadrice de bonne volonté pour l'UNESCO en Amérique latine et aux Caraïbes.


Retrouvez-là http: ici //www.jiwa.fr/#album/325082